Philippe Picquart

Blog

Revue de presse

Ajouté le 25 avr. 2018

* 13 mai 2014 Invité de la matinale de Chaine Inter animée par M’hamed BHIRI et Asmae Said à l'occasion de la parution du livre "Autour des Ftours -Chroniques de la rupture du jeûne"
La matinale de Chaîne Inter est le rendez-vous de l'information, des chroniques politiques et des informations de service. L'équipe des matinales de chaîne Inter décortique l'information et l'actualité nationale et internationale. Les matinales de chaine inter : l'essentiel de l'information en continue sur chaîne Inter chaque jour de 06h00 à 09h00.
* 17 septembre 2008 L'Economiste Culture
«Nuit des galeries» à Rabat ce vendredi
Une douzaine de galeries ouvertes au public de 21h30 à 1 heure du matin. La troisième édition de la «Nuit des galeries» est prévue vendredi 19 septembre. Ce parcours artistique nocturne, organisé par l’Institut français de Rabat et le ministère de la Culture, consiste à ouvrir aux visiteurs une série d’espaces artistiques pendant plusieurs heures, de 21h30 à 1 heure du matin. L’objectif, indique Nafissa Fellah, responsable communication au sein de l’Institut, est d’offrir aux R’batis l’occasion de se balader de galerie en galerie et de découvrir tout au long de la soirée de nouveaux espaces d’expression artistique et des artistes connus ou à découvrir. «La plupart des galeries participantes vont organiser des vernissages d’expositions et proposeront des buffets dans une ambiance conviviale et festive», explique Nafissa Fellah. De nouveaux lieux d’expositions ont répondu présent cette année. Il s’agit des galeries Mohamed El Fassi, La découverte, Bab Rouah, Bab El Kébir, Marsam, Nouiga, l’appartement 22, le Goethe Institut, le centre autrichien d’information, la Villa des Arts de Rabat, l’Institut Cervantès, l’espace culturel de l’ambassade de Croatie et l’Institut français de Rabat. Ce dernier prévoit ce soir-là un vernissage à l’occasion de l’ouverture d’une exposition de Philippe Picquart, intitulée «Le temps du Ramadan, chroniques d’une rupture». Trente jours durant, le photographe a suivi en images l’histoire d’un mois de Ramadan axé sur ce repas rituel, qu’il a partagé avec des familles mais aussi avec des personnes sur leur lieu de travail ou encore dans des institutions. Il présente aussi une exposition sur les mémoires urbaines. «Ce qui a guidé ma réflexion, ce sont les murs construits par l’homme, délaissés, taggés, salis, peints, achevés, inachevés…», explique Philippe Picquart.

Lire la suite

EXPOSITIONS / EDITION

Ajouté le 24 avr. 2018


Mars-Avril 2019 Exposition personnelle "Maroc/S - Semaine de la Francophonie - Centre d'Art Africain - Oslo


Embassy of the Kingdom of Morocco in Norway and Iceland


27 mars · 


Francophonie Festival is still on! Tuesday 26 Mars, the Embassy of the Kingdom of Morocco in Oslo celebrated diversity and openness to pluralism by presenting the work on Morocco of the French photograph Philippe Picquart, MAROC/S, at the African Cultural Center.
The artist explained why he choose black an white to reveal the beauty and the immensity of the Moroccan Landscapes, especially the desert, with touches of color to give the picture a graphic dimension.
Many thanks to a dynamic and curious public ready to exchange on the emotional and sometimes surprising impact of the photos
MAROC/S
African Cultural Center
March 26-April 13, 2019
Free entrance
.



OPENING OF THE EXHIBITION: Morocco /s

26. mar. 2019 | 18:30 | CAK AFRIKANSK KULTURINSTITUTT

Welcome to an exhibition of black and white photos of Morocco, with a yellow graphic work, of the French photographer Philippe Picquart.
Hosted By the Embassy of the Kingdom of Morocco in co-operation with CAK African Cultural Institute




Vernissage à Oslo de l'exposition "Maroc/S"


MAP [27/03/2019] 


L'exposition photographique Maroc/S du Français Philippe Picquart a été inaugurée mardi soir au Centre culturel africain à Oslo, en présence de diplomates et de personnalités du monde de la culture et de l'art.



MAP |


https://www.emouaten.com/_images/preset/puces/shape1.gif?v=1133190089Vernissage à Oslo de l'exposition "Maroc/S" 


Oslo - L'exposition photographique "Maroc/S" du Français Philippe Picquart a été inaugurée mardi soir au Centre culturel africain à Oslo, en présence de diplomates et de personnalités du monde de la culture et de l'art.

Cette exposition, installée dans le cadre du Festival de la Francophonie (19-29 mars), regroupe une vingtaine de clichés où prédominent le noir et le blanc avec un travail graphique jaune, par lesquels l'artiste cherche tout d'abord à montrer sa vision d'un Maroc peu connu du public, parfois des Marocains eux-mêmes, un Maroc fait de sites oubliés, de bâtiments abandonnés...

Un patrimoine naturel ou architectural témoin du passé des régions du Royaume, de leur histoire, de leur rayonnement culturel, parfois d'une présence étrangère. Car il s'agit aussi au travers de ce travail de parler "de rencontres étonnantes ou bouleversantes, d’échanges singuliers ou extraordinaires". Le voyageur sait, pour peu qu’il sorte des villes et des circuits touristiques et qu’il empreinte les chemins de traverses, qu’au Maroc il n’est jamais seul.

"Mon parti pris est de donner à voir des photos, en noir et blanc, d'un Maroc très coloré auquel le public est habitué et qu'on aime tous autant", a confié dans une déclaration à la MAP Philippe Picquart, qui est installé à Rabat depuis le milieu des années 2000.

Il a expliqué que "l'idée n'est surtout pas de montrer un Maroc délabré" mais qu'il s'agit de son approche artistique surtout lorsqu'on sait que l'artiste a "un gout particulier" pour ces endroits abandonnés, ces vieilles usines.. à deux doigts de la démolition, à l'instar de cet ancien sanatorium antituberculeux de Ben-Smim, près d'Azrou, qui a été construit sous le protectorat français mais qui a fini par être abandonné.

Le photographe français intègre la couleur dans son travail et donne une dimension plus graphique à l'image d'origine. Ces différentes traces jaunes en fonction de leur forme et de leur positionnement apportent lumière, énergie et modernité à la photographie. Elles orientent le regard du spectateur en lui ouvrant d'autres horizons, suggèrent la force des personnages et révèlent la beauté ascétique des lieux.

"Ces photographies peuvent paraitre très tristes pour certains, car elles représentent des endroits un peu délaissés, mais sur lesquelles j'ai incorporé un fragment d'une seconde photographie, dans un jaune fluo, pour donner une puissance à la photographie, un aspect très graphique, de l'espoir, de la lumière", a-t-il expliqué.

D'après l'ambassadeur du Maroc en Norvège, Lamia Radi, cette exposition qui a déjà été présentée en Afrique et en Europe s'invite pour la première fois en Scandinavie à l'occasion du festival de la Francophonie en vue de célébrer la diversité culturelle et le vivre ensemble, compte tenu du partenariat "stratégique et exceptionnel" entre le Maroc et la France.

S'agissant du travail du photographe, elle a indiqué que Philippe Picquart se focalise "sur le contraste entre la nature, les grands espaces et l'être humain, ce qui l'a d'ailleurs le plus fasciné au Maroc", précisant que l'artiste a essentiellement travaillé sur ce paradoxe dans les régions du sud du Maroc.

A travers cette exposition, selon la diplomate, il est aussi question "de montrer aux Norvégiens que nous avons les mêmes notions de l'espace (...) sauf que le désert marocain est fait de sables et de pierres, et le désert norvégien est fait de glaces".

"Au-delà de nos différences culturelles, nous avons des points en commun. Nous sommes deux peuples qui avons grandi dans des espaces géographiques et naturels, aussi gigantesques et immenses, hors du commun", a-t-elle poursuivi.

Le travail photographique de Philippe Picquart est né de ses déambulations au cœur des villes. Paris, New York, Berlin, Riga, Belfast, Manille, Hanoï, Dakar ou Bamako, les murs sont les sources de son inspiration. Son regard souligne la poésie de murs condamnés à la démolition en même temps qu'il fixe les traces d'histoires humaines.

Cet artiste nomade est également l'auteur du livre de photographies "Autour des Ftours - chroniques de la rupture du jeûne", paru en 2014.

Organisée par l'ambassade du Maroc en Norvège en collaboration avec le Centre culturel africain, l'exposition "Maroc/S" se poursuit jusqu'au 13 avril à Oslo. Elle sera présentée en avril en Grande-Bretagne avant de s'installer de nouveau au Maroc en juin avec d'autres photos de la même série.






 Octobre-Novembre 2018 Exposition personnelle "Maroc/S - Festival Visions d'Afrique - Marennes et Saint-Pierre d'Oléron


Visions d’Afrique : films et hommages


A La Une Saint-Pierre-D'oléron 


Sud Ouest Publié le 16/10/2018 à 3h54 par Corine Pelletier.


Les 9e Rencontres cinématographiques Visions d’Afrique se dérouleront du 17 au 23 octobre à l’Eldorado de Saint-Pierre-d’Oléron et à l’Estran de Marennes. Une partie du programme est consacrée à un hommage au premier cinéaste d’Afrique noire, Paulin Soumanou Vieyra, une autre au cinéaste burkinabé Idrissa Ouédraogo, invité de 2015, décédé le 18 février dernier. 


Visions d’Afrique a en effet décidé de participer à l’hommage international rendu à Paulin Soumanou Vieyra, disparu il y a 30 ans, en projetant plusieurs de ses courts-métrages. Concernant Idrissa Ouédraogo, « Yaaba » (1969), l’un de ses films les plus achevés et les plus émouvants, sera au programme de l’Eldorado. 

Le cinéma du Burkina Faso, l’un des pôles du cinéma africain, sera célébré au cours de cette 9e édition avec, comme invité d’honneur, le réalisateur Pierre Yaméogo. Cinq de ses longs-métrages seront au programme. Cette 9e édition a aussi comme trait distinctif de mettre le Maroc à l’honneur, avec trois films de cinéastes marocains, dont « Sofia », premier long-métrage la jeune réalisatrice Meryem Banm’barek. 

Littérature et photographies 

Cette présence marocaine sera en outre renforcée par l’intervention, dans le volet littéraire, de la conteuse marocaine Halima Hamdane et par l’exposition à la médiathèque de Marennes des photos du Maroc de Philippe Picquart. La séance d’ouverture du festival, demain, permettra d’apprécier la musique mandingue de l’orchestre de Issouf Sanou qui précèdera la projection de « Razzia » de Nabil Ayouch.

Pour la clôture, le mardi 23 octobre à l’Estran, les festivaliers auront le privilège de voir ou de revoir le beau film de Marc Allégret sur le « Voyage au Congo » récemment restauré et numérisé, projeté avec l’accompagnement musical de deux musiciens dont Mauro Cocéano, auteur de la partition. 



Visions d'Afrique


20 octobre 2018 · 


Le festival continue avec une expo de photo du Maroc de Philippe Picquart à la médiathèque de Marennes et de Saint-Pierre d'Oléron, une rencontre littéraire avec Bernard Magnier et Marc Alexandre Oho Bambé, une conférence avec Stéphane Vieyra sur son père, le cinéaste Paulin Soumanou Vieyra


Saint-Pierre-d’Oléron Maghreb, mon beau miroir


A La Une Saint-Pierre-D'oléron 


Sud Ouest Publié le 18/10/2018 


Si loin, si proche, les rives de la Méditerranée vont énormément inspirer la 9e édition des rencontres cinématographiques Visions d’Afrique qui se déroulera du 17 au 23 octobre entre Marennes et Oléron. Cette édition rendra aussi un hommage appuyé à deux cinéastes récemment disparus, Paulin Soumanou Vieyra et Idrissa Ouedraogo, ancien invité d’honneur. Avec des films percutants comme « Razzia », émouvants comme « Sofia », sensibles comme « Volubilis » : des œuvres fortes qui vont parler des sociétés du Maghreb, et de la place qu’elles laissent, ou non, aux femmes. Des femmes faibles comme la mère isolée de « Sofia », fortes comme l’un des quatre personnages de « Razzia ». Des femmes aussi qui partagent avec d’autres du continent africain – telle la « Maman Colonelle » – une soif de vie, de liberté et une urgence du combat que les sociétés occidentales endormies sur les lauriers du féminisme ont parfois oubliées. Grâce à la présence du cinéaste marocain Faouzi Bensaïdi et à son « Volubilis », c’est un miroir sans tain de la culture nord-africaine qui nous est proposée. Côté hommage, c’est le fils de Paulin Soumanou Vieyra, Stéphane, qui célébrera l’œuvre de son père au travers de plusieurs de ses courts-métrages, et d’une cinéconférence. Images de femmes libres mais aussi paroles puisque le conte et les paysages marocains seront de la fête avec la conteuse Halima Hamdane et le photographe Philippe Picquart. Toutes les Afriques en somme convoquées avec des films aussi variés et singuliers que « Makala », « I am not a witch », « Yommedine », « Frontières » ou encore « Notre folie ». Comme chaque édition, les débats seront conduits et animés par Catherine Ruelle, fine mouche du cinéma africain. On ne manquera pas de souligner la contribution d’une grande richesse sémantique du poète et slameur Alexandre Oho Bambé, dit Capitaine Alexandre, qui viendra échanger sur sa passion des lettres et des mots dans des séances animées de médiathèque en bibliothèques par Bernard Magnier. 


 


Corine Pelletier 


 


MAI 2018 EXPOSITION COLLECTIVE. "Maroc/S" - EXPO 4 ART - Halle des Blancs Manteaux - Paris 4ème.


AVRIL 2018 EXPOSITION PERSONNELLE "Maroc/S" - Rabat Hassan.


JUIN 2015 EXPOSITION PERSONNELLE et signature du livre "Autour des Ftours - Chroniques de la rupture du jeûne" Médiathèque de l'Institut Français - Rabat.

Rencontres

Philippe PICQUART : Autour des Ftours, Chroniques de la rupture du jeûne

Publié le : 17/06/2015 - Sortir

Samedi 20 juin de 11h à 14h30
au jardin de la médiathèque, Institut Français, Rabat

Des premiers achats quinze jours avant le début du mois de Ramadan au dernier jour du jeûne, l’auteur a épousé le rythme particulier des habitants de Rabat et de sa région. Il a tour à tour participé à trente Ftours dans trente lieux différents, aux côtés de familles, d’associations, d’institutions très diverses. Toutes ont accepté d’ouvrir leurs portes, de partager ce premier repas de la journée, dans un esprit d’accueil et d’échange. Il a pu rencontrer des femmes et des hommes chaleureux, l’invitant à ce rituel immuable en toute simplicité. Moments privilégiés que ce livre à l’ambition de vous faire découvrir.


OCTOBRE 2014 EXPOSITION COLLECTIVE "Un autre monde est possible" 2ème Biennale Internationale d'Art Contemporain - Casablanca.

MAP EXPRESS


Casablanca accueille la 2ème édition de sa Biennale Internationale

                           

vendredi, 3 octobre, 2014  à 17:10

                           

Casablanca- La 2ème édition de la Biennale Internationale de Casablanca s’est ouverte, vendredi, sous le thème  “Un autre monde est possible, mais il est dans celui-ci”, avec la participation d’artistes, d’amateurs et de professionnels pour célébrer l’art contemporain et promouvoir l’industrie culturelle.

Dix jours durant (du 3 au 12 octobre), plus de deux cents artistes de renommée internationale et originaires de quelque 50 pays présenteront leurs œuvres lors de cet évènement grandiose, a déclaré à la MAP le directeur de la Biennale de Casablanca, Mustapha Roumli.


LE REPORTER.MA


Et de deux pour la Biennale Casablanca !


  Casablanca accueille, du 3 au 12 octobre 2014, la 2ème Biennale internationale de l’Art contemporain Casablanca. Le grand public pourra découvrir les œuvres d’une pléiade d’artistes tout au long d’un parcours comprenant une dizaine de lieux emblématiques de la Ville Blanche. Plus de deux cents artistes de renommée internationale et originaires de quelque 50 pays viendront présenter leurs œuvres.

 Ces dix jours seront ponctués aussi de workshops et de tables rondes, afin de prolonger le dialogue entre les artistes et le public. Ce dernier pourra aller à la rencontre des œuvres de ces artistes tout au long d’un parcours comprenant des lieux emblématiques de Casablanca, dont la Place des Nations Unies, l’ancienne église du Sacré-Cœur, l’Ecole des Beaux-Arts, le Sofitel Casablanca Tour Blanche, l’Espace d’art Actua d’Attijariwafa bank et le hangar historique de Royal Air Maroc. Des renseignements complémentaires sont sur: www.biennalecasablanca.ma.

Lire la suite


Créé avec Artmajeur