Philippe Picquart

Fusion. Paris
De mur en mur, Philippe Picquart nous propose une lecture originale des villes, où il mène son parcours photographique depuis de nombreuses années. Paris ou New York, Berlin, Riga ou Belfast ou encore Manille, Hanoï, Rabat ou Bamako, autant de lieux porteurs d'histoire et de vie, dont les murs gardent la trace et la mémoire.
Le travail de Philippe Picquart s'articule autour d'une double approche de l'univers urbain :
- démarche artistique, qui redonne vie aux murs condamnés à la démolition. L'œil sensible du photographe transforme les lézardes et les graffitis en tableaux d'où surgissent par surprise un arlequin, un lac, une grotte. Une hirondelle ou un ange passe, et la vie reprend le dessus.
- démarche sociale et historique qui transcende les murs des villes en lieux de mémoire, témoins à tout jamais de l'histoire de l'humanité. Une tache rouge sur un mur éclaté de Belfast, et c'est l'impact des balles qui résonne.
Si les murs sont omniprésents, ce sont les traces de vie humaine qui donnet leur cohérence à l'ensemble de l'œuvre photographique de Philippe Picquart. Les silhouettes des passants anonymes, qui se découpent sur le relief haut en couleurs de la 42ème rue à New York, gravent, sans le savoir encore, la banalité de leurs vies dans les rêves de l'ange, qui veille sur Paris.

Les murs, certains vont droit dedans, d'autres les contournent, les plus courageux les abattent, des taggers les signent, des publicitaires es investissent, le temps les use, Philippe Picquart, lui, les prend à témoins.
Qu'ils soient des rues océanes de Lisbonne, des édifices aussi ambigus que démocratiques de Berlin, ou d'un environnement aussi quotidien que parisien, chaque mur a su offrir un petit bout de lui-même pour impressionner la pellicule autant que le photographe.

                                                                                                        Daniel Raymond
                                                                                                        Journaliste        

Au fil de ses errances urbaines, Philippe Picquart nous donne à voir l'innatendu et/ou l'invisible, et ce dans une ambiance très picturale; mélanges de signes, fragments, graffitis et murs en lambeaux. Les murs sont des traces de mémoires collectives et intimes, fixées dans le temps par une approche quasi chirurgicale de la matière.

                                                                                                      Marie Coutand
                                                                                                      Commissaire d'exposition


Créé avec Artmajeur